La Santería

LA SANTERIA

la santeriaLa Santeria de Cuba est une alliance mysterieuse de croyances animistes, de rituels africains et de catholicisme. Certains la compareront au vaudou haitien. Pour les cubains, elle est avant tout un moyen d’expression culturel et identitaire.

La Santeria vient d’Afrique, plus particulièrement du Niger et du peuple des Yorubas.
Alors que les populations issues du delta du Niger sont déportées à Cuba pour être réduites en esclavage, elles apportent avec elles leurs croyances et leur richesse culturelle, fortement empreintes d’animisme. Les esclaves, a qui on voit interdire d’exercer leur religion et de parler des langues africaines, se retrouvent contraints au catholicisme. Mais ceux-ci décident alors de dissimuler savamment leurs propres divinités, les orishas, derrière les saints de la chrétienté et continuent de réaliser secrètement leurs rituels. Ainsi naît la Santeria.

A Cuba, on dénombre une quarantaine d’orishas dont vingts font véritablement l’objet d’un culte. Ils sont tous représentés par une couleur et caractérisés par des forces précises, le plus souvent liées à la nature. Aussi, chacun des orishas possède ses qualités et ses défauts, au même titre que les êtres humains.

Au sein de la Santeria, Olofi est le Dieu suprême et créateur du monde. On ne s’adresse à lui que par l’intermédiaire d’un orisha. Il est le commencement et la fin de toutes choses. Il a réparti les pouvoirs entre les orishas.

La Santeria occupe une place très importante dans la culture cubaine. On estime qu’elle est pratiquée par près de la moitié de la population, toutes classes sociales confondues. Aujourd’hui, elle est souvent le premier moyen employé pour résoudre les problèmes: manque d’argent, soucis de santé, peines de cœur… Dans les maisons, certaines pièces peuvent être presque entièrement réservées aux rituels et des autels trônent en l’honneur des saints, avec statuettes, coquillages et autres objets mystérieux.
Les cérémonies sont officiées par un « santero« , qui doit être baptisé dans la religion catholique. Certaines sont ouvertes au public, vous pourrez donc y assister si vous voyagez à Cuba.

Lors des cérémonies, la musique joue un rôle important. Rhums, cigares et autres sont déposés en offrandes pour les Saints. On consulte alors les orishas pour leur demander leur protection, leur poser une question précise ou encore lire l’avenir. Les divinités sont donc présentes au quotidien dans la vie des croyants, pour les aider à résoudre des problèmes concrets.

Aujourd’hui la Santeria permet au peuple cubain de revendiquer ses origines africaines et constitue une facette indéniable de son identité spirituelle.

 

Voter Salsa sur Google:
4 votes